La Cave vivante du champignon - Le Puy-Notre-Dame (49)



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
La culture du champignon de couche

LES METHODES DE CULTURE DU CHAMPIGNON DE PARIS

Tour d'horizon des techniques pour la production du champignon de couche aussi appelé le champignon de Paris.


La culture en meules

Culture utilisée au Puy Notre Dame dés 1900.
Culture utilisée au Puy Notre Dame dés 1900.
Le compost est mis en tas allongés directement sur le sol, semblable à des sillons d'asperges, ils sont disposés dans le sens de la ventilation, et sont appelés meules.

Elles peuvent être simples, doubles ou triples et séparées par un sentier pour le passage et ainsi faciliter la cueillette.

Le compost peut aussi être mis dans des moules pour donner des meules identiques.

Le compost, qui est rentré dans la carrière après le compostage et qui n'a pas subi de fermentation complémentaire (fermentation dirigée contrôlée) achève sa décomposition par auto-fermentation.

La culture en meules a débuté sous le Puy Notre Dame vers 1900. Cette technique demande de grandes surfaces et présente des difficultés de désinfection après la culture.

La cueillette se faisait toujours au ras du sol et la mécanisation était quasiment impossible.


La culture en caisses en bois

Culture utilisée à partir de 1960.
Culture utilisée à partir de 1960.
La culture en caisses en bois est apparue dés 1960.

Le compost est placé dans des caisses en bois dans lesquelles il subit la pasteurisation et l'incubation. Après le gobetage, celles-ci sont placées en salles de récolte sur 3 à 4 hauteurs, formant des étages superposés.

Les caisses peuvent être de tailles différentes en fonction des galeries et bien sur du rendement voulu.

La culture en caisse, évolution technique intéressante pour le champignonniste. Les manutentions sont mécanisées et effectuées à l'aide de rouleaux et de chariots élévateurs.

La cueillette est plus facile et moins fatiguante grâce à la superposition des caisses.

En revanche la durée de vie de ces caisses est faible, le bois pourri rapidement à cause des éventuelles arrosages du compost mais surtout à cause d'une très forte hygrométrie que l'on trouve dans les galeries souterraines.

La culture en sacs

Cette culture est utilisée à la cave vivante du champignon essentiellement pour la variété blonde du champignon de Paris.
Cette culture est utilisée à la cave vivante du champignon essentiellement pour la variété blonde du champignon de Paris.
La culture en sacs est apparue dés 1970.

Le compost, qui a été pasteurisé soit en vrac soit dans des caisses, est mis dans des sacs plastiques. Dans ce dernier cas, le transvasement caisses-sacs permet de ne pas immobiliser le stock de caisses pendant la durée de culture, mais seulement pendant la pasteurisation.

Cette technique permet donc une meilleure utilisation de toute la carrière, mais ne permet pas le gerbage et implique beaucoup de manutention et la cueillette reste au raz du sol.

Le principale avantage de cette technique est surtout que le champignonniste pouvait recevoir les sacs remplis de compost ensemencé grâce au développement des centrales de compostage.

La culture en grands bacs

Dans les années 80, le grand bac de culture en fer est arrivé dans les galeries du champignonniste. C'est la dernière grande évolution française pour la culture du champignon de couche.

Le compost pasteurisé, ensemmencé, est rempli dans ces bacs. Leur surface peut-être de 3,40 m² ou de 5,50 m². Le poids de compost incorporé dans chaque bac varie donc de 340 à 550 kg, soit environ 100 kg par m².

Cette évolution technique permet ainsi de pouvoir mécaniser l'ensemble des opérations à l'intérieur des centrales de compostage mais aussi pour le champignonniste.

L'incubation y est controlée et après le gobetage, les bacs peuvent etre conditionnés dans des salles de fructification. Ce qui permettra donc de réguler la fructification pour la rendre la plus homogène possible : c'est le début de la réussite pour la suite de la récolte.

Ces grands bacs de culture peuvent être gerbés pour un gain de place très utile dans les galeries souterraines. Cette culture est la plus utilisée dans la Cave Vivante du Champignon.

Une fois la récolte terminée, la désinfection peut alors commencer.


La désinfection

Une fois la récolte terminée, les sacs, les caisses ou les bacs sont entreposés à l'extérieur, vidés de leur contenu et désinfectés. Le compost épuisé (ou corps de meule) est alors sorti de la champignonnière.

Ce corps de meule servira comme fumure d'appoint épandue dans les terres agricoles, en partie, dans les jardins et chez les maraichers de la vallée de la Loire.
En aucun cas, le compost épuisé n'est réutilisé pour de nouvelles cultures.

Les locaux de culture sont aussi désinfectés et une nouvelle culture peut alors commencer. Une grande hygiène doit régner à tous les instants dans la culture et sur l'aire de compostage afin d'éviter la propagation des maladies.

Désinfection = secret de la réussite